web analytics

Préhistoire

Rédaction  :  Pierre Mazodier

Jusqu’en 1921, le Martinet et Saint-Florent appartiennent à la même communauté, puis à la même commune, et leur histoire se confondent.

Le néolithique :

Nos ancêtres du néolithique ont vraisemblablement occupé plusieurs emplacements dans la vallée.  Le plus remarquable des vestiges de cette époque est le dolmen de Trélys, près du col éponyme, autrefois appelé l’Ancise. Ce dolmen, daté de 3.000 ans avant Jésus-Christ, possède une imposante table de couverture : 3 mètres sur 2,60, épaisseur moyenne de 40 cm, poids actuel : 5 tonnes environ. Des grottes préhistoriques ont été mises au jour dans les années 1950, en bordure de l’Avène, près de Mercoirol. Des cupules ont été découvertes, creusées dans les dalles du rocher de Galhière, dans le serre de Rouvergue. Enfin, récemment, un dolmen aurait été répertorié près du col des Brousses.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Rédaction :  Gérard Delmas

La Préhistoire

L’époque du Paléolithique n’a pas laissé de traces dans notre vallée, mais on peut supposer que les tribus nomades de cette époque l’ont largement parcouru à la recherche de terrains de chasse et de rivières poissonneuses. Par contre, des silex taillés, caractéristiques du Paléolithique Moyen et Supérieur, ont été trouvés quelques kilomètres au sud-est, au Cros de Peyrolles, sur le territoire des communes de Rivière et d’Allègre, dans la partie terminale de l’Auzonnet, avant son confluent avec la Cèze.

Le Néolithique débute il y a 10.000 ans pour se terminer à l’âge du fer, quelques siècles avant l’époque romaine. C’est l’époque où les tribus nomades se sédentarisent peu à peu, construisent les premiers villages, défrichent les forêts, installent les premières cultures et développent l’élevage. A partir de ce stade de l’évolution, l’homme acquiert la capacité d’intervenir sur la nature pour produire sa propre nourriture et fabriquer les objets dont il a besoin. Vers 6000 ans avant notre ère vient l’invention de la poterie, entre 3000 et 2000 celle du bronze et enfin vers 800 celle du fer.

C’est pendant l’âge du bronze qu’on assiste à une véritable explosion démographique, d’où l’aménagement des innombrables grottes sépulcrales de la vallée de la Cèze, du Gardon, du massif de Rousson, du mont Bouquet … etc.

La plus riche en vestiges archéologiques est celle du mas de la Rouquette, sur la commune de St-Hilaire de Brethmas, fouillée par le GARA (Groupe Alésien de Recherches Archéologiques) entre 1993 et 1996,  qui a livré des centaines de kilos de céramiques et près de 300 objets divers, essentiellement de parures (perles et pendeloques).

Pour notre vallée il faut citer la grotte sépulcrale de  St-Jean de Valériscle découverte en 1882, située à flanc de montagne, côté rive droite de l’Auzonnet, au-dessus de la piste qui passe au mas du Puech. La fouille avait livré quelques débris de poteries et un poinçon en os. D’autres ont été découvertes dans la rivière d’Avène lors des travaux de nivellement du terrain sur lequel fut creusé, vers les années 1950, le puits d’aération de Panissières.

C’est à partir de 3000 ans avant notre ère que la civilisation des mégalithes (grosses pierres), probablement née en Bretagne se répand dans notre région. Il s’agit essentiellement de menhirs (pierres levées ou peyres plantades)  et de dolmens (tombes).

Les menhirs sont relativement rares dans notre région, sauf exceptionnellement sur les pentes du Mont Lozère, dans la région des Bondons, à proximité de la route D35 qui va du Pont de Montvert au col de Montmirat. C’est même, par importance, après les alignements de Carnac (Bretagne) la deuxième concentration de menhirs en France. Tous ont été couchés volontairement, au cours des siècles, par l’exigence de l’église qui voulait détruire les symboles du paganisme. Actuellement le Parc National des Cévennes et les Associations de Tourisme et de Patrimoine les remettent patiemment debout à leurs emplacements d’origine.

Plus près de chez nous, le plus grand menhir du Languedoc est en pleine garrigue, à proximité des concluses de Lussan, au-dessus du hameau de Malataverne.

Le Chartrier d’Uzès mentionne, en janvier 1715, une « pierre plantée » entre Trélis et Portes, sans autres précisions.

Le compoix de St-Florent de 1591, conservé à la mairie de St-Florent, mentionne une « pierre plantade qui servait de borne supérieure au terroir des Conches ». Ce mas des Conches est situé au Martinet, approximativement face au Château, de l’autre côté de l’Auzonnet et un peu en aval. Une pierre longue, coupée en deux morceaux, couchée près du mas, pourrait être un vestige de cette pierre plantade

Les dolmens (tombes) sont très nombreux en Cévennes. .Ils sont parfois regroupés par dizaines près de la crête des montagnes (dolmens de la Grande Pallière près d’Anduze) ou parfois isolés en pleine nature (dolmens de St-Julien des Rosiers, de Bagard, de Seynes ou de  Trélis). Certains sont de véritables monuments funéraires, d’autres de simples tombes constituées de quatre pierres sans table de couverture, qu’on trouve par dizaines autour de la vallée du Galeizon, en particulier vers le col de la Baraque.

Un des dolmens les plus remarquables en Cévennes est celui du col de Trélis.

Le dolmen de Trélis est situé au-dessus du col de Trélis (ou col de l’Encize) , côté montagne de Lachamp, sur un léger replat, une centaine de mètres en altitude au-dessus du col. Inconnu des chercheurs, mais bien connu des chasseurs, il a été redécouvert après le grand incendie des Cévennes en 1985. C’est un monument exceptionnel par son état de conservation et l’importance de ses dimensions. C’est le GARA (Groupe Alésien de Recherche Archéologique) qui en a pris en charge, l’étude, la fouille, la restauration partielle du monument et le rapport final dont une copie a été déposée à la mairie du Martinet.

Comme presque tous les grands dolmens du monde, il était primitivement entièrement recouvert par un tumulus (ou caïrn) de forme ovale, de 15 mètres de diamètre, constitué de gros bloc de grès. La plupart de ces blocs ont disparu et ceux qui subsistent ont roulé dans la pente, formant un grand éboulis au pied du dolmen.

La chambre sépulcrale offre une surface interne de 2 mètres carrés et une hauteur intérieure de 1 mètre 20. Les montants verticaux qui soutiennent la table de couverture étaient en mauvais état et ont été renforcés par le GARA pour éviter une chute de cette table.

Cette table de couverture, primitivement invisible sous le tumulus, est remarquable par ses dimensions. Elle mesure 3 mètres sur 2 mètres 60, son épaisseur moyenne est de 40 centimètres. Son poids actuel est estimé à 5 tonnes. Elle était primitivement un peu plus grande, des gros morceaux brisés par le gel sont tombés au pied du monument, son poids primitif était d’environ 8 tonnes. Chose rare : elle n’a pas bougé depuis 5000 ans.

Comme la plupart des dolmens, ce monument a été fouillé et pillé à toutes les époques, ce qui explique la pauvreté des objets découverts : quelques débris d’ossements, une prémolaire humaine, des tessons de céramique et une grosse perle en calcite, en forme d’olive, caractéristique des ornements portés par les hommes du néolithique.

Le monument avait été daté de 2200 ans avant notre ère (date gravée sur la plaque signalétique) mais une étude récente plus poussée indique au moins 3000 ans avant notre ère.

Ce monument, comme bien d’autres, pose le problème de son entretien et de sa sauvegarde. Pour un monument comme celui-ci il suffit chaque année d’une demi-journée de travail à deux ou trois personnes, pour couper les « sagates » qui poussent dans le monument, déblayer les feuilles mortes et  veiller à la propreté de la chambre sépulcrale. Il faudrait que la mairie du Martinet soit un peu plus motivée par l’importance historique et touristique du monument, ou que celui-ci soit pris en charge par les associations de protection du patrimoine.

Les anciens préhistoriens avaient signalé un dolmen, situé au-dessus des ruines du hameau de Trélis. Il a disparu suite aux incendies, aux travaux de reboisement dans cette zone et l’action des bulldozers

Un autre dolmen a été signalé à St-Florent, au col des Brousses. Une grande dalle et deux pierres plates, trouvées à proximité ont été remontées pour former un ensemble qui ressemble à un dolmen.  Mais son authenticité est douteuse pour beaucoup de chercheurs.

Cupules et pierres gravées – Les cupules sont des petites cavités, peu profondes, de forme cylindrique, creusées artificiellement dans la roche par la rotation d’une pierre dure et pointue (généralement du quartz) attachée à un bâton. Elles sont quelquefois alignées ou regroupées en forme de quadrilatères ou autres figures, parfois en plein désordre apparent, parfois reliées entre elles par de minuscules canaux qui évoquent une circulation de liquide… Elles sont nombreuses sur les replats des schistes cévenols, le plus souvent à proximité des petits dolmens (tombes) signalés ci-dessus.

Une série de cupules ont été trouvées récemment par Pierre Mazodier et Gérard Ferrier dans les blocs de granit du rocher d’Aigalière, sur le Mont Rouvergue, au Martinet. D’autres ont été repérées, toujours dans le Rouvergue, face au Château de la Plane (Plaine), au dessus du mas des Roches.

Dans les mêmes zones, on trouve des mystérieuses gravures en forme de « U » qui se répètent indéfiniment, évoquant peut-être la notion de troupeaux. D’autres dessinent  des figures plus ou moins complexes. On donne à ces figures la même datation que celle donnée aux petits dolmens du voisinage, soit 1000 ans avant notre ère, mais certaines paraissent beaucoup plus récentes.

Galerie : Gérard Delmas – Geneviève Padovani

Préhistoire

Histoire

[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaaa-8.jpg]4020
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaab-prhstrmnhrlssn-01-8.jpg]840
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaacprhstrmnhrlssn-05-8.jpg]740
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaad-prhstrmnhrbndns-02-8.jpg]780
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaae-prhstrmnhrbndns-03-8.jpg]710
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaaf-prhstrmnhrbndns-04-8.jpg]510
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaag-prhstrmnhrbndns-01-8.jpg]450
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaah-prhstrmnhrbndns-06-8.jpg]450
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaai-prhstrmnhrbndns-07-8.jpg]360
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaaj-prhstrmnhrbndns-08-8.jpg]360
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaba-prhstrdlmtrls-03-8.jpg]430
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabb-prhstrdlmtrls-02-8.jpg]390
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabc-prhstrdlmtrls-01-8.jpg]380
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabd-prhstrdlmtrlsprlclct-01-8.jpg]440
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabe-prhstrdlmbrsses-05-8.jpg]460
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabf-prhstrdlmbrsses-07-8.jpg]390
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabg-prhstrdlmnpyrbglzn-04-211-8.jpg]430
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabh-prstrdlmnpyrbglzn-04-212-8.jpg]470
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabi-prhstrdlmdiess-10-8.jpg]390
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstabj-prhstrdlmdiess-13-8.jpg]490
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstaca-prhstrrcgraiglrcpl-01-8.jpg]530
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/prehistoire/thumbs/thumbs_phstada-prhstrclprs-28-8.jpg]440OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>