web analytics

Auteurs, historiens

Rédaction : Gérard Delmas

AUTEURS, HISTORIENS ANCIENS ET MODERNES

Titre : Dictionnaire Topographique du Département du Gard
Auteur : M.E. GERMER-DURAND  – 341 pages  -  Année d’édition : 1868                                                Imprimerie :  Imprimerie Impériale – Paris.   Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement sous Google. Il a été réédité en 1988 par les Editions Lacour.

Eugène GERMER-DURAND, né le 30 juillet 1812 à St-Riquier (Somme), décédé en 1880, normalien, professeur agrégé de l’Université, historien, archéologue, spécialiste de l’époque romaine, membre de l’Académie du Gard, publia une série d’ouvrages historiques :
-  Le Prieuré et le Pont de Saint-Nicolas – 1864
- Dictionnaire Topographique de la France – 1868
- Dictionnaire Topographique du département du Gard – cité ci-dessus –1868
- Découvertes Archéologiques faites à Nîmes – 1869
- De l’antiquité des eaux des Fumades réédité en 2008 par les Editions Lacour
- Promenades d’un curieux dans Nîmes réédité en 1989 par les Editions Lacour                                          St-Florent est mentionné page 206 (voir extrait ci-joint) sous la forme « Castrum Sancti- Florenci et mandement », et ensuite « Parrochia Sancti-Florenci » en 1345 d’après le Cartulaire de la Seigneurie d’Alais. A noter qu’il ne mentionne pas de monastère. On sait aujourd’hui que ce Château de St-Florent dont il ne reste que quelques vestiges, était situé sur l’emplacement du « Château de Crouzoul » ou « Château du Martinet ».

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : Paroisses de l’Archiprêtré d’Alais
Auteur : Abbé GOIFFON - 540 pages – Année d’édition : vers 1880                                                     Imprimerie : Ouvrage réédité en 2003 par les éditions Lacour.

L’abbé GOIFFON fut ordonné prêtre du diocèse de Nîmes en 1851, Chanoine honoraire en 1877, Archiviste de l’Evêché de Nîmes, élu en 1884  Membre de l’Académie de Nîmes. Il fut l’auteur d’un grand nombre  de livres ou d’articles, consacrés essentiellement à l’histoire religieuse dans le Gard, en particulier l’histoire des congrégations et celle des paroisses. On peut citer, entre1871 et 1884 :
-  Les ordres religieux (frères mendiants à Nîmes, Les Recollets, Les Augustins …etc.
-  Les paroisses  de l’archiprêtré du Vigan, celles du canton de Sumène, celles de l’archiprêtré de Beaucaire,  celles de l’Archiprêtré d’Alais … etc.
-
  Des notices historiques concernant l’Abbaye de St-Gilles, un catalogue des évêques de Nîmes …etc.   
C’est dans « Paroisses de l’archiprêtré d’Alais » qu’on trouve les paroisse de St-Florent et du Martinet, pages 531 à 535. Il mentionne l’église de St-Florent « fort ancienne dans une de ses parties, qui avait appartenu à un monastère bénédictin » mais dont il n’apporte pas de  preuves. Il donne la liste complète des « prieurs curés » depuis 1337 jusqu’au début du 19èmesiècle. La plupart de ces ouvrages sont réédités par les éditions Lacour . Les textes concernant les paroisses sont fréquemment réimprimés par Cévennes-Magazine.

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : L’exploitation du Bassin Houiller d’Alais sous l’Ancien Régime

Auteur : Achille BARDON  – 384 pages -  Année d’Edition : 1898                                                              Imprimerie : Clavel et Chastanier à Nîmes.

Achille BARDON (1843 – 1900) était receveur de l’enregistrement à Nîmes. Il a traité de multiples sujets, depuis l’histoire locale des villes et villages du Gard, l’histoire du développement industriel dans le Gard, et quantité de sujets ponctuels comme «  L’hôpital d’Alais, », « Les jésuites d’Alais »,  « Le Collège d’Alais », « les criées de Portes », « Le couvent des Ursulines d’Alais » …etc.  Une partie de son œuvre n’a pas été publiée mais les manuscrits ont été déposés aux Archives Départementales du Gard et à la Bibliothèque municipale de Nîmes. Ses œuvres imprimées les plus connus sont :
Histoire de la ville d’Alais de 1250 à 1340 - édité en 1894 – réédité aux Editions Lacour en 1988.
-  Histoire de la ville d’Alès de 1341 à 1461 -  édité en 1896 – réédité aux Editions Lacour en 1990.
-  L’exploitation du bassin houiller d’Alais sous l’Ancien Régime  édité en 1898. Ce dernier ouvrage, très important, n’a pas été réédité, mais on peut encore le trouver  chez des libraires spécialisés. Il concerne directement la Vallée de l’Auzonnet à travers les sites miniers, comme Palmesalade, les martinets et le charbon de bois, les débuts de l’industrialisation, les interventions de Tubeuf, les Compagnies minières, La Grand’Combe …. etc.   Une curiosité : c’est en page 39 de ce livre qu’est mentionné « le martinet de Crozols, paroisse de St-Florent, loué en 1499 à Jean Despeysses » Cette mention a été relevée par Louis Dardalhon dans son article (voir rubrique article) « Le Martinet, un peu d’histoire locale » d’où il en a déduit, fort justement, que « Crozols » ou « Crouzoul » était l’ancien nom du hameau du Martinet. La curiosité est que la date est inexacte (suite probablement à une erreur de lecture du manuscrit de Bardon), car c’est en 1600 que se situe cette location, ce qui ne change rien à l’affirmation de Louis Dardalhon.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : Le Martinet et la Vallée de l’Auzonnet à travers les âges 

Auteur : Abbé ALBOUY, curé du Martinet –  224 pages  – Année d’édition : 1957
Imprimerie : Editions Notre-Dame – Nîmes

L’abbé Alphonse ALBOUY, ancien curé de Lédignan, est devenu curé du Martinet en 1953, en remplacement du curé Léon VOLLE  qui prenait sa retraite après 27 ans de ministère. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, tous édités par les Editions Notre-Dame à Nîmes :
Montbel et ses villages , vu par un enfant du pays, édité en 1952
-
  Regard sur Lédignan, capitale de la Gardonnenque, édité en 1953
Notre-Dame de Lachamp, Reine de nos mines et de nos montagnes,  édité en 1953
-
  Le Martinet et la Vallée de l’Auzonnet à travers les âges, édité en 1957.  Cet ouvrage, premier livre historique consacré exclusivement aux communes du Martinet et de St-Florent a eu un succès certain dans toute la vallée. La plupart des familles de cette époque en possèdent un exemplaire qu’elles conservent précieusement, d’autant qu’il n’a jamais été réédité.
Ce livre, riche mais un peu fouillis, traite de tous les sujets à la fois : histoire, géographie, géologie, politique, condition ouvrière, conflits sociaux, histoire contemporaine … etc. Il reprend son texte déjà publié sur Notre-Dame de Lachamp, copie intégralement une partie de l’article « Le Martinet » de Louis Dardalhon (voir rubrique « articles ») , ainsi que l’article du même auteur sur Antoine Deparcieux. Il y ajoute l’enseignement, le service postal, les transports, l’élevage des abeilles et même la philatélie …
Livre remarquable par sa belle écriture et les profonds sentiments d’affection, d’encouragement et d’espoir, exprimés pour ce pays et ses habitants alors confrontés à une grave crise sociale par suite de la fermeture des mines et la perte de leurs emplois. Il est très intéressant sur cette époque contemporaine. Sur le plan historique on peut lui pardonner quelques erreurs à propos du fonctionnement d’un martinet, la méconnaissance des seigneurs de Crouzoul et de St-Florent  et quelques affirmations contestables à propos de l’église et d’un monastère à St-Florent.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : Histoire des Budos – Seigneurs de Budus en Guyenne et de Portes-Bertrand en Languedoc

Auteur : Jean-Bernard ELZIERE 310 pages -  Année d’édition :  1978
Imprimerie : édité par l’association « Renaissance du Château de Portes » – imprimerie Bené à Nîmes

Jean-Bernard ELZIERE, après une formation d’ingénieur et d’architecte, a entrepris une carrière de chercheur et d’historien remarquable sur le Languedoc en général, et les Cévennes en particulier.
Il est l’auteur de nombreux ouvrages : 
-
    Louise de Budos – édité en 1973 
-
    La correspondance de Marie-Felice de Budos, marquise de Portes, avec le Grand Condé, édité en 1975 
-
    Mr de St-Jean, gouverneur de Pézenas – édité en 1975
-
    Chartrier de Portes (transcription du document des Archives Nationales), édité en 1976
-
    Aperçu historique sur les seigneuries et château de Theyrargues – édité en 1976
-
    Histoire des Budos (cité ci-dessus) édité en 1978
-   
Antoine Despeisses, célèbre avocat et jurisconsulte de Montpellier – édité en 1980 
-
    Coutumes, privilèges et criées des communautés rurales en Cévennes – édité en 1988
-
    Géopolitique de la Septimanie pendant le haut Moyen Age – édité en 1998-2000
-
    Des châteaux médiévaux d’Alès au Fort royal de la Contre-Réforme  – édité en 2000
-
    A propos des fondations comtales d’établissement monastiques dans l’Occident – édité en 2002.

Son livre sur l’histoire des Budos est incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la vallée de l’Auzonnet  qui s’étale au pied du Château de Portes, demeure des Budos. Véritable travail d’historien, il est un élément de base, précieux pour tous les chercheurs, car il donne, commente et détaille généreusement toutes les sources et références des documents souvent inédits retrouvés par lui aux Archives Nationales, Départementales ou Municipales, Bibliothèques ou fonds privés. Son ouvrage se divise en deux parties :
-
  La première partie est l’histoire de la grande famille des Budos, de 1300 à la Révolution Française – pages 1 à 198
-
  La seconde partie contient des notes de compléments et les sources et références des documents, soit 869 articles. Avec un index des noms propres et quelques reproductions d’images de l’époque, soit un peu plus de 100 pages.  Cet ouvrage n’a pas été réédité et peut se trouver chez des libraires spécialisés.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titres :
-   Un village cévenol pendant la Révolution – Saint Florent  de 1789 à 1795 – 187 pages – publié en 1988
-   Un village catholique pendant la guerre des Camisards – Saint Florent de 1703 à 1705- 129 pages – publié en 1995
Auteur : Richard BOUSIGES
Edition : Edition Pierre Mazodier – imprimerie Marès à Alès.  Ces livres sont en vente à la Maison de la Presse à St-Ambroix et auprès de notre Association St-Florent d’Hier et d’Aujourd’hui.

Richard BOUSIGES, issu d’une vieille famille cévenole habitant le  mas de Germau (Robiac) puis le mas du Chambon de Rouvillon (St-Florent), est né à Madagascar en 1951. Diplomé d’Etudes Supérieurs de Droit et ancien élève de l’Ecole Nationale de la Santé Publique, il est actuellement Directeur de l’hôpital de Blois.
Le premier ouvrage intitulé: Un village cévenol pendant la Révolution – Saint-Florent de 1789 à 1795 à été édité à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française. Il raconte, en s’appuyant sur de nombreux documents d’archives et en particulier le registre des délibérations municipales de Saint-Florent, ce que fut la vie des habitants de Saint-Florent et du Martinet pendant cette époque troublée.
Le second intitulé: Un village catholique pendant la guerre des Camisards – Saint-Florent de 1703 à 1705  raconte comment les habitants catholiques de Saint-Florent et des communes avoisinantes ont constitué des milices armées pour se défendre contre les troupes protestantes qui voulaient se venger des sévices qu’on leur faisait subir.

Une famille cévenole au XVIIIe siècle : les Bousiges – 448 pages – publié en 1999 Il est aussi l’auteur de cet ouvrage, une thèse publiée en octobre 1999 par l’Université de Poitiers, dans le cadre du « Diplôme d’études approfondies de Civilisation Médiévale ». Cet important travail est consacré à la vie de son ancêtre Maurice Bousiges (1742-1810) qui a vécu au hameau de Germau, commune de Robiac. Il déborde largement le cas particulier de son ancêtre en décrivant aussi ce que fut son environnement : les débuts de l’industrialisation, les exploitations minières, les troubles pré-révolutionnaires et la Révolution Française à Robiac. Cette thèse est en vente à la Maison de la Presse à St-Ambroix.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : La Vallée de l’Auzonnet et l’Alauzene au début du siècle 

Auteurs : plusieurs collaborateurs de Cévennes-Magazine, dont l’ancien directeur Lucien ANDRE, et le directeur actuel Michel VINCENT  - 42 Pages – Année d’édition :  1991
Edition : Association terre cévenole – Imprimerie Cévennes-Magazine

Fascicule intéressant par les nombreuses cartes postales anciennes qui y sont reproduites. Comme son titre l’indique, il s’intéresse à la vallée de l’Auzonnet, depuis sa source au-dessous du Château de Portes, jusqu’à son confluent avec la Cèze prés de Rivières de Theyrargues,  en passant par Le Martinet et ses mines, St-Florent, St-Jean de Valériscle, Les Mages, St-Julien de Cassagnas, Auzon … etc.  Un petit détour par Seynes et le Mont-Bouquet, découvre la petite vallée de l’Alauzéne  qui traverse la station thermale des Fumades, longuement décrite, et se jette dans l’Auzonnet.  Ouvrage intéressant pour le grand public avec quelques erreurs copiées sur le livre de l’abbé ALBOUY à propos du fonctionnement d’un martinet et du métier de cloutier.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre :  Saint-Jean de Valériscle – Regards sur le passé
Auteur : Marc CELLIER – 262 pages – Edité en 1993
Imprimerie Marès à Alès

Marc CELLIER, né à St-Jean de Valériscle en 1947, éducateur à Alès, actuellement en retraite, a toujours vécu dans le village où il est né. Passionné d’histoire locale il raconte la vie de son village du 19ème siècle à nos jours après de patientes enquêtes auprès des habitants et de nombreuses journées de recherches aux Archives Départementales du Gard. Il remonte pus haut dans le temps en évoquant l’histoire de la vieille église romane depuis l’ époque romaine jusqu’à nos jours, ainsi que les nombreuses croix et chapelles réparties dans le village, et les anciens mas, dont le mas de Marican. Il a enrichit son ouvrages de nombreuses reproductions de cartes postales provenant de sa riche collection personnelle. Livre en vente chez l’auteur à St-Jean de Valériscle.

 

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : Le Martinet – 80 ans
Auteurs : Ouvrage collectif écrit par Michel MERCIER, Sylvie PEREZ, Line COUTURIER-MERCIER, Claude POLGE– 191 pages – Année d’édition  2001
Imprimerie : Impact Impression – Alès

Ouvrage réalisé à l’occasion des 80 ans de la commune du Martinet, qui a la particularité, d’être, depuis 1921, la plus ancienne commune communiste de France. Elle conserve, encore actuellement, cette même orientation politique. C’est un livre d’histoire des 80 dernières années, entre 1921 et 2001, qui a vu, d’abord en 1921, la séparation de la commune de St-Florent en deux communes distincte Le Martinet et St-Florent. La commune du Martinet, sur laquelle était installée les Mines de Trélys, s’est développée très rapidement avec l’arrivée de nombreux mineurs qui voulaient loger près de leur lieu de travail, d’où la construction de cités ouvrières, d’écoles, l’arrivée de l’eau et de l’électricité dans les maisons, des lavoirs, des ponts sur l’Auzonnet, une nouvelle poste et une nouvelle mairie. Avec aussi la création d’un complexe syndical et politique de défense des mineurs, largement soutenu par la municipalité communiste, d’où de nombreux conflits sociaux avec la Direction des Mines dès 1929. Histoire agitée et complexe pendant la dernière guerre, avec une municipalité imposée par Vichy, mais aussi par l’action des réseaux de résistance (camp Bayeux à Ribes), généralement bien accueillis et aidés par la population. En 1945, après la guerre et les nationalisations, commença une longue période de luttes sociales parfois très dures, avec un gouvernement autoritaire qui envoya même des blindés pour lutter contre les grévistes, avec des morts et des arrestations. Finalement, en 1963, la fermeture définitive des puits, y compris le puits de St-Florent, réputé comme le plus moderne d’Europe, entraîna le chômage dans toute la vallée pour des milliers de mineurs, d’où la diminution importante de la population et le déclin général de la commune, malgré des réalisations sociales comme la maison de retraite ou la piscine. Livre souvent émouvant, parfois trop politique, avec de nombreux détails pour ceux qui ont vécu cette longue période et en conservent la nostalgie. Ce livre est en vente à la mairie du Martinet – 30960

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Titre : La vallée de l’Auzonnet , des origines à la Révolution Française
Auteur : Gérard DELMAS 239 pages, format A4 – Années d’édition : 2002 et 2010
Edition à compte d’auteur – Imprimerie Copie Clean  91300 – Massy

Gérard DELMAS né en 1926, à la Bayte, au Martinet, où il a passé son enfance et son adolescence, a fait une longue carrière à France-Télécom, surtout en région parisienne. Il a pris sa retraite en 1987. Intéressé depuis toujours par l’histoire locale, en particulier la préhistoire, il a, dès sa retraite et pendant ses longs séjours à Alès, collaboré activement avec le GARA (Groupe Alésien de Recherches Archéologiques) et son président Jean Salles, dans la recherche, la protection, la restauration et la mise en valeur des sites préhistoriques, nombreux en Cévennes, particulièrement autour d’Alès, y compris le dolmen de Trélys. Passionné de généalogie, il a entrepris la généalogie de sa famille, retrouvant ainsi quelques milliers d’ancêtres. L’examen des registres notariés, ou autres documents jamais exploités, l’ont conduit vers l’histoire locale. Il a profité de sa résidence en région parisienne pour explorer les richesses des Archives Nationales, de la Bibliothèque Nationale et même les Archives de l’Académie des Sciences à propos de la biographie et des œuvres d’Antoine Deparcieux.
Ce livre a été édité pour la  première fois en 2002. Rapidement épuisé il a été réédité en 2010 avec quelques corrections, mais surtout d’importantes informations à propos du Château du Martinet, construit par la famille Despeisses au 16ème siècle, sur les ruines d’un vaste ensemble féodal, mentionné au 13ème siècle comme étant le « Château de St-Florent ». Il est accompagné de 819 notes, en bas de pages, donnant toutes les références des documents cités qui pourront être repris et complétés comme l’écrit l’auteur en page 16 : Ce livre pourra être repris, complété et éventuellement corrigé par d’autres chercheurs. Ils y trouveront toutes les références des documents cités.
Ce livre est en vente au Musée des Blasons à St-Jean de Valériscle, ou chez l’auteur (adresse Internet en dernière page de l’ouvrage).

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

Titre : A la poursuite des souterrains des Châteaux Féodaux dans le Gard
Auteur : Gérard FERRIER – 190 pages – Edition : 2010
Edité et imprimé par les Editions Gabriandré à St-Jean de Valériscle.

Gérard FERRIER, habitant du Martinet, retraité de la Police Nationale, après la lecture de l’ouvrage précédent, a entrepris, depuis une dizaine d’années, une recherche originale et atypique en s’intéressant, non seulement aux documents d’archives comme la plupart des chercheurs, mais surtout aux vestiges matériels qui subsistent encore de nos jours. Depuis 10 ans, il parcourt nos montagnes et nos vallées pour un examen détaillé de nos vieux mas, dont beaucoup sont en ruines par la faute des Compagnies Minières qui les ont dynamités. Il constate que la plupart étaient équipés de moyens de défenses, parfois sophistiqués, avec murailles d’accès, meurtrières, tours, révélant de longues périodes d’insécurité. Moyens de défense complétés par les « tours à signaux » qui permettaient de prévenir, parfois à longue distance, de l’approche d’un danger. Complétés encore par de nombreux souterrains qui reliaient entre eux les mas et les châteaux, permettant un fuite rapide des habitants. Souterrains repérés et suivis par Gérard FERRIER grâce à son incontestable don de sourcier, aujourd’hui reconnu par tous ceux qui ont pu assister à ces recherches et en valider le résultat. D’abord limitées à la vallée de l’Auzonnet, Gérard FERRIER étend ses recherches jusqu’en Lozère et en Ardèche. Elles feront prochainement l’objet d’autres ouvrages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

4 réponses à Auteurs, historiens

  1. Mme Nicole RIVIERE dit :

    Je suis à la recherche de textes concernant l’Elise d’Orthoux (Abbé Goiffon ou autres…) Avec mes remerciements N.R

  2. admin dit :

    Je vais vous envoyer par mail ce que j’ai pu trouver sur cette église…

  3. DROYER A M dit :

    j’aurais souhaité entrer en contact avec M Delmas ;en effet j’ai découvert descendre d’A Despeisses et m’intéresse donc à cette région que je découvre en étant bien éloignée!merci

  4. admin dit :

    Désolée pour le retard… j’ai envoyé votre message à M. Delmas ainsi que votre adresse e-mail.
    Je lui laisse le soin de vous répondre….
    Bien cordialement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>