web analytics

Les Fours à chaux

Rédaction  :  Geneviève Padovani

FOUR  À  CHAUX  -  CHAUFOURNIER

L’utilisation de la chaux par les hommes est attestée depuis la plus haute antiquité. On l’utilisait partout en Asie Mineure. Les Egyptiens la connaissaient, mais ce sont les Romains qui, à la suite des Grecs d’Italie, en l’additionnant de divers matériaux pouzzolaniques, l’ont constituée en un mortier efficace et durable.

Appliquée à toutes sortes d’ouvrages monumentaux et de génie civil, l’usage de la chaux a révolutionné l’architecture. Jusqu’ à la mise au point du ciment Portland au 19e siècle, la chaux a été le liant le plus utilisé dans la construction : elle participait à la solidité des structures de maçonneries, à l’enduit ou aux badigeons des murs, à la décoration intérieure par sont rôle dans les fresques. Partout employée, le mécanisme de prise de chaux est pourtant resté longtemps un mystère. La chaux, pourrait-on dire, est un moment du calcaire : elle est issue du calcaire à partir de sa calcination.

Cette calcination donne la chaux vive (oxyde de calcium). L’extinction de cette chaux vive par de l’eau donne de la chaux éteinte (hydroxyde de calcium). Avec le temps, la prise de la chaux donne de la calcite, c’est-à-dire à nouveau du calcaire. En effet, au contact de l’air et du CO2 qu’il contient, la chaux va se carbonater et redonner le carbonate de calcium d’origine : cette combinaison est longue à s’accomplir, c’est la partie aérienne de la prise.

Les chaux aériennes sont formées à partir de calcaires très purs : marbre ou certaines craies. Mais les calcaires sont rarement purs. Ils contiennent généralement des argiles et des marnes riches en fer, aluminium ou silice. Lors de la calcination, entre 800 et 1500°C, le calcium du calcaire et ses éléments se combinent et forment des silicates de calcium, des aluminates de calcium et de ferro-aluminates de calcium. Au contact de l’eau, ces corps vont former des hydrates insolubles qui confèrent au liant un caractère hydraulique. Il s’agit là de la prise hydraulique de la chaux. La prise hydraulique n’exclut pas la prise aérienne qui s’effectue plus lentement. La carbonatation des mortiers s’effectue bien après l’achèvement des édifices. Il existe ainsi des murs byzantins dont le cœur de mortier est encore mou et présente un PH supérieur à 12 !

L’exploitation de la pierre comme matière première de la chaux et celle de la pierre d’œuvre sont historiquement solidaires :

« le chaufournier proprement dit, borne son art à convertir en chaux la pierre…. Comme il faut que cette pierre ait été tirée de la carrière, … tout chaufournier qui a besoin de fabriquer beaucoup de chaux, doit exploiter les carrières en même temps que les fours à chaux, et même pour y trouver son compte, il faut ordinairement qu’il fournisse la pierre de taille et le moellon des bâtiments en même temps que la chaux. Quiconque dirige de grands travaux, doit au moins avoir des notions claires de l’un et l’autre atelier et en plus avoir étudié la chaux de son canton dans ses effets et savoir la traiter convenablement à la durée des édifices et à l’économie de leur établissement… » Fourcroy de Ramecourt  « L’art du Chaufournier » – 1766.

 

                                                                                                                                                                            

                       

                                                                                                                                                                            

                                      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>