web analytics

La Maison Germain

Si Germain nous était conté…

Rédactrice : Chantal Germain

« Il était une fois, à la Tavernole, commune de la Vernarède, petit village situé un peu plus haut que le château de Portes, un menuisier nommé Auguste Germain. Son épouse, née Orthense Gilly, lui donne un fils le 17 janvier 1872, qu’ils prénomment Léon. A Saint-Florent, quartier de la Cantonade, Joseph-Gustave Gilly et son épouse, née Marie-Joséphine Felgas, exercent le négoce de vins et la fabrication d’apéritifs et de spiritueux. La première mention au Registre de Commerce date de 1881. En 1900, après le décès de son époux, Mme Gilly vend le fonds de commerce à Léon Germain qui avait épousé trois ans plus tôt la jeune Andréa Coutel, petite-fille d’une certaine… Suzanne Gilly. En 1920, Marie-Thérèse Germain, fille de Léon et Andréa, épouse Arthur Gilly. Les familles Germain et Gilly s’entrelacent donc, du XIXè au XXè siècles, tressant de leurs alliances le berceau d’une longue dynastie de liquoristes.

Les toutes premières créations de Léon Germain sont le Kina Désiré, la Fine Lachamp, la Florentine et la Gentiane noire. Il importe du rhum de la Martinique et rachète une maison de porto au Vigan, les Etablissements Capilleri, spécialiste des grands vins de Syrie, Xérès, Pedro Ximenez, Malaga… Ces produits viennent s’ajouter à une gamme de petites liqueurs Germain, aux noms fleuris et coquins : «Liqueur du cocu», «Crème de pucelle», «N’importe quoi», «Plaisir des dames», «Liqueur du divorce». En 1915, l’absinthe est interdite. En 1930, la maison Germain crée une boisson anisée appelée «L’avion».

Roger Germain rejoint l’entreprise familiale à sa sortie de l’Ecole de commerce de Marseille. Il se marie avec Anne-Marie Galice, du Martinet, qui lui donne un petit Yves en 1933.

Quand Léon Germain décède en 1936, son fils Roger lui succède et, aux côtés d’Arthur Gilly son beau-frère, continue à faire progresser l’entreprise en privilégiant la production d’apéritifs, de liqueurs et de sirop plutôt que le négoce du vin. Roger Germain et Arthur Gilly participent à de nombreuses foires et expositions et créent un dépôt à Lyon qui, hélas, ne survit pas à la guerre. Les deux hommes n’échappent pas à la mobilisation et c’est par la détermination des femmes que l’entreprise survit.

En 1945, un petit Régis naît au foyer de Roger et Anne-Marie Germain.

En 1951, la loi légalise l’appellation «pastis», d’où le nom de «Pastis 51». «L’Avion» disparaît pour faire place au «Pastis Germain». La palette des produits s’agrandit encore : «Malaga Saint-Yves», «Fine Régis», «Cacao Chouva», liqueur de banane, prunelle, «Liqueur jaune», «Liqueur verte»… Et, pour saluer l’arrivée de nombreux polonais dans les mines de la vallée de l’Auzonnet, le «Kummel» et la «Liqueur de Dantzig» qui contient de petites paillettes d’or. Viennent ensuite la «Verveine jaune», la «Liqueur de l’Auzonnet», le «Kirsch fantaisie», le «Cognac Germain», le «Cassis», le «Guignolet», le «Goudron» ainsi que des fruits à l’eau de vie. L’entreprise se développe ainsi jusqu’au décès de Roger Germain en 1970. Son épouse Anne-Marie reprend les rênes de l’entreprise avec ses deux fils alors que Régis termine tout juste des études qu’il partage à Marseille entre l’Ecole supérieure de commerce et un laboratoire de parfums. C’est un tournant, l’entreprise se mécanise. D’un travail manuel, on passe à une capacité de production de 3.600 bouteilles/heure pour une ouverture sur la grande distribution et à la création de produits nouveaux.

Régis qui, encore étudiant, avait créé la «Verveine verte du Rouvergue» en profite pour créer la «Verveine jaune du Majard», donnant à ces deux breuvages le nom des montagnes qui dominent Saint-Florent. Puis ce sont «L’Anisette», le «Ceven Mint», la fraise, la framboise, la «Liqueur des Huguenots» à base de mûres, la «Grande liqueur des gorges du Tarn». «Ravanelo, reines des îles» remporte au SIAL de Paris le Concours international de la vanille naturelle. Régis crée la «Châtaigne» dont la première fabrication est pour la Corse, avec la Myrte, la Clémentine, le Cédrat, l’Arbouse et la «Liqueur du maquis». Vient ensuite l’élaboration de l’arak «le Ksarak», marque de renommée mondiale que les Libanais ne peuvent plus fabriquer dans leur pays en guerre. Le Ksarak est commercialisé dans dix-huit pays.

A cause des taxes de plus en plus élevées sur l’alcool, M. Lacas, ancien distillateur propose à Régis Germain de mettre au point un pastis titrant 40°1. Ils en déposent le brevet car c’est le premier et seul pastis fabriqué à base de maltoses. En hommage à son grand-père, régis adapte une vieille recette d’absinthe à la nouvelle législation… Ainsi naît «Papé Léon», sans doute le premier né d’une mode maintenant répandue de «pastis à l’ancienne».

Dans les années 1980, sur les conseils insistants d’un nouveau comptable, l’entreprise investit dans du matériel informatique… La note sera trop lourde… Les difficultés financières débouchent sur un redressement judiciaire en 1987. Ayant trouvé en peu de temps des investisseurs, l’entreprise redémarre sous forme de société anonyme : CEDA Germain. En 1992, l’un des actionnaires veut vendre ses parts pour raisons familiales. Serge Corbier demande à racheter la totalité de l’entreprise.

Anne-Marie Germain est âgée de 82 ans, son fils Yves est à la retraite, Régis traverse de graves problèmes de santé, les autres actionnaires donnent leur accord… L’aventure familiale aura duré 111 ans.

En 1993, Serge Corbier devient propriétaire de la SARL Germain. En 1998, il cède l’affaire à Mme Hégy et M. Pot. L’aventure Corbier aura duré 5 ans.

Le 1er janvier 2000 voit le lancement d’un nouveau pastis : «Le G Bleu» qui obtient un succès foudroyant. Le chiffre d’affaires grimpe à 3,7 millions d’euros, quatre millions de bouteilles sont vendues et l’entreprise emploie 29 personnes. Devant une telle expansion, les locaux de fabrication semblent trop petits et une délocalisation sur la commune de Rousson est envisagée. En 2001, le G Bleu reçoit la médaille d’or au Concours du Gard gourmand. En 2002, à ce concours la « Verveine du Rouvergue » décroche une médaille d’or et le pastis «Papé Léon» une médaille d’argent mais des difficultés financières apparaissent. 2003 voit le lancement du pastis «Lou Provençaou» et d’une liqueur de menthe «l’Iceberg G» ainsi que l’élection du «G Bleu» au concours national Saveur de l’année pour les apéritifs anisés. Pour des raisons qu’il serait délicat d’exposer, l’année 2004 sera celle de la chute : dépôt de bilan, redressement judiciaire, blocage par l’administration des Douanes de la fabrication et de la vente des produits pour non-paiement des droits indirects. L’entreprise compte 37 salariés, chiffre qu’un plan social ramène à 20 après 17 licenciements. Le 4 mai 2004, le couperet tombe, la liquidation judiciaire des Etablissements Germain est prononcée. L’aventure Pot-Hégy aura duré 6 ans.

Depuis cette date, un homme déterminé s’est battu avec courage, persévérance, acharnement… Dans son regard couleur de «G Bleu», on lit tout l’espoir qu’il met dans l’avenir d’une maison qu’il a connue tout jeune lorsqu’il passait ses vacances dans sa famille aux Mages. Depuis le 2 mai [2006] la fontaine Germain s’est remise à couler. Nous souhaitons du fond de nos cœurs de Saint-Florentins bon vent à cette nouvelle entreprise. »

Sources écrites :

Chantal GERMAIN in Le Saint-Florentin. Bulletin municipal de St-Florent, 3ème trimestre 2006 – Mairie de St-Florent

Maison Germain

Vie Eco. - Sect. Second.

[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gaa-msongrmn6.jpg]18890
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_ga-germain-leon-01.jpg]2800
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gb-germain-1928-41.jpg]2820
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gc-germain-vs1965.jpg]2800
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gd-germain17.jpg]3210
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_ge-germain-pub-02.jpg]2210
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gf-germain-pub-03.jpg]1800
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gg-germain-pub-05.jpg]1640
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gh-germain-pub-06.jpg]1540
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gi-germain-20.jpg]1890
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gj-germain-27.jpg]2080
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gk-germain-28-1.jpg]1930
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gl-germain-26.jpg]2000
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gm-germain-25.jpg]1900
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gn-germain-fact-1939-1.jpg]1860
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_go-germain-29.jpg]1940
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gp-germain-33.jpg]1850
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gq-germain-24.jpg]1880
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gr-germain-delahaye-02.jpg]1700
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gs-germain-06.jpg]1910
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gt-germain-09.jpg]1720
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gu-germain-24c.jpg]1680
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gv-germain-pubg-170.jpg]1650
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gw-germain-pubg-09.jpg]1480
[img src=http://www.st-florent-passe-present.fr/wp-content/flagallery/maison-germain/thumbs/thumbs_gx-germain-pubg-24.jpg]1530

6 réponses à La Maison Germain

  1. MAUZE dit :

    Bonjour Madame, Monsieur

    Je suis professeur de Bar et afin de mieux présenter vos produits à mes élèves Barman, je souhaiterais avoir un support présentant la maison Germain et ses produits.

    Sans traduire des secrets de fabrication, avez vous des fiches techniques, video, un power point ou diaporama?
    Pour savoir vendre, il faut mieux bien connaitre les produits.
    Avez vous un contact dans le sud est de la France ?

    Cordialement.

    Jérôme Mauze

    Professeur Mention complémentaire barman Fréjus
    Professeur de restaurant
    06.23.19.93.91
    jeromemauze@hotmail.com
    25 chemin des Nielles
    06160 Juan les Pins

  2. Bonjour, une rumeur courre par lequel votre société aller redémarrer.. bonne nouvelle

    ou et quand aller ouvrir ?

    MERCI DE NOUS TENIR AUX COURANT.

    SINCÈRES SALUTATIONS

  3. sevenier eric dit :

    bonjour, en fouillant dans la cave de mon père , je suis tombé sur une bouteille de « REGIS »,la bouteille n’était pas entamé, j’ai décidé de la gouter. J’ai été déçu par la qualité gustative qui nétait pas à la hauteur de mes espérances. Peu importe,cela m’a permis de faire une recherche internet et de decouvrir cette entreprise familialle

  4. admin dit :

    Selon le produit Germain que vous avez goûté, il a pu perdre de son authenticité au cours du temps…
    Merci beaucoup pour votre message…

  5. admin dit :

    La nouvelle entreprise se situe maintenant sur la commune de Rousson.

  6. admin dit :

    Désolée de répondre si tardivement. Mais il faudrait vous adresser à M. Carmona qui a repris l’entreprise, située maintenant sur la commune de Rousson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>